Jean Rouch (1917-2004) : un parcours atypique

Jean Rouch entre à l’École des ponts en 1937 et sort diplômé en septembre 1941.

Á sa sortie de l’École, il part avec deux camarades Jean Sauvy et Pierre Ponty, comme ingénieur des travaux publics en Afrique.
Il est affecté au Niger où il construit des routes et des ponts. De retour en France en 1945, il suit les cours d’ethnologie de Marcel Mauss et de Marcel Griaule, puis repart en Afrique avec Jean Sauvy et Pierre Ponty pour descendre en pirogue les 4 200 km du fleuve Niger, de sa source jusqu’à l’océan Atlantique.
Passionné d’ethnologie, il devient un réalisateur et ethnographe reconnu. Il est particulièrement connu pour ses films ethnographiques sur des peuples africains tels que les Dogons et leurs coutumes.

En 1953, chargé recherche au CNRS, il fonde le Comité du Film ethnographique, il préside également la Cinémathèque de 1987 à 1991.

En tant que réalisateur, il reçoit plusieurs prix, notamment en 1957, son film le plus célèbre « Les Maîtres fous » réalisé en 1954 obtient le Grand Prix de la Biennale internationale du cinéma de Venise.
En 1958, Il obtient le Prix Louis Delluc pour son docu fiction dans lequel il suit à Abidjan les tribulations tragi-comique d’émigrés nigériens.
En 1960, il tourne dans Paris avec le sociologue Edgar Morin « Chronique d’un été », pour lequel il obtient le prix de la critique au Festival de Cannes de 1961.

Considéré comme le créateur de l’ethno fiction, un sous-genre de la docu fiction, il est l’un des théoriciens et fondateurs de l’anthropologie visuelle.

Père fondateur du cinéma direct, il exerce également une forte influence auprès des cinéastes de la Nouvelle Vague notamment Jean-Luc Godard.

En 2004, il  trouve la mort dans un accident de voiture au Niger, à l’âge de 86 ans.

Pour lui rendre hommage, l’École a choisi de baptiser l’ancien espace « médiathèque » où étaient basées les collections photographiques et audiovisuelles de l’École, en « espace-projet Jean Rouch ».

Découvrez ici la fondation Jean Rouch créée en 2006 par Madame Jocelyne Rouch.
Découvrez également sur le site de l’Ina, son premier court métrage « Au pays des mages noirs » réalisé en 1947.

Contact : johanna.descher@enpc.fr

Portrait d’un moniteur étudiant : Saad Benhsain

Bonjour Saad, tu es moniteur étudiant à la bibliothèque depuis 2013. Peux-tu nous présenter ton parcours ?

Je m’appelle Saad Benhsain. Je suis ingénieur Bâtiment et Travaux publics de l’EI CESI, École d’Ingénieurs du Centre des Études Supérieures Industrielles de Paris. Je poursuis mes études de 3ème cycle à École des Ponts dans le cadre du Mastère Spécialisé Génie Civil Européen (GCE).

Comment as-tu eu connaissance du poste de moniteur-étudiant ?
J’ai appris l’existence de ce poste grâce à l’annonce qui a été diffusée à l’ensemble des étudiants des ponts par e-mail. Suite à ma candidature, deux entretiens se sont déroulés, un premier avec la direction de la Documentation et un second avec les ressources humaines de l’École des Ponts.

A la bibliothèque, quel est ton rôle ?
Je suis moniteur au sein de la bibliothèque Lesage. Mon travail consiste principalement à assurer des accueils en nocturne durant la semaine de 17h à 20h. Je m’occupe essentiellement des prêts et des retours des ouvrages de la bibliothèque, du rangement des documents sur les  rayonnages et de renseigner les usagers de la bibliothèque. J’assure également la fermeture de la bibliothèque après rangement des mobiliers (chaises, tables, etc.).

Travailles-tu seulement à l’accueil de la bibliothèque ou as-tu d’autres missions ?
J’effectue également selon les besoins, quelques activités transversales qui se déroulent essentiellement dans les magasins du sous-sol de la bibliothèque. Ces activités se traduisent par le rangement en  magasin d’ouvrages  qui  ne sont plus en libre accès dans la salle de lecture de la bibliothèque; c’est-à-dire la mise en bibliothèque d’ouvrages anciennement dans les magasins ex : les cours.

Comment organises-tu ce travail tout au long de la semaine avec tes cours ?
Un des plus grands avantages de ce travail de moniteur que nous propose la bibliothèque de l’École est la flexibilité et la compatibilité des horaires de travail avec notre propre emploi du temps. Les horaires peuvent être aménageables d’une manière hebdomadaire selon nos disponibilités.

Qu’est-ce qui te plait dans le travail que tu fais à la bibliothèque?
Plusieurs aspects me paraissent intéressants dans le travail de moniteur. Premièrement, la proximité avec l’ensemble des étudiants, des chercheurs voire des professeurs de l’École des Ponts que nous essayons d’aider du mieux que nous pouvons dans l’aboutissement de leurs recherches au sein de la bibliothèque en répondant à leurs interrogations.
Deuxièmement, l’apprentissage continu que nous recevons en exerçant cette fonction en tant que moniteur. Nous ne cessons d’apprendre de la richesse de la bibliothèque en termes de diversité d’éditions et de thématiques et cela ne peut que consolider notre culture.

Selon toi, quelle est la place de la bibliothèque dans une école d’ingénieurs ?
Je pense que la bibliothèque est une composante importante pour l’épanouissement global de l’étudiant dans une école d’ingénieur. La bibliothèque Lesage est une parfaite illustration de la bibliothèque moderne au service de ses usagers. Elle est en perpétuelle évolution et offre une large panoplie de ressources documentaires à la hauteur des attentes de ces usagers internes et externes.


Quelles sont les difficultés que tu rencontres en tant que moniteur étudiant ?

Rares sont les difficultés que nous  pouvons rencontrer en tant que moniteur. Pour ma part, le seul petit inconvénient est l’empiètement des horaires de quelques nocturnes avec mes activités sportives qui se déroulent généralement de 19 à 20h.

Merci Saad d’avoir répondu à nos questions !

Contact : florence.rieu@enpc.fr

Portrait d’une monitrice étudiante : Marie-Astrid Vialle-Guérin

Bonjour Marie-Astrid, peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Marie-Astrid Vialle-Guérin. Je suis arrivée aux Ponts en septembre 2013 pour effectuer ma dernière année Ingénieur après avoir passé deux ans à l’École des Mines de Nancy. Dans la continuité de mes études à Nancy, je suis inscrite dans le département Génie Civil et Construction. Après un an de cours aux Ponts, j’effectuerai un stage de fin d’études de 6 mois.

Comment as-tu eu connaissance du poste de moniteur-étudiant ?
Lors de mon premier semestre, j’ai remarqué que des élèves tenaient l’accueil de la bibliothèque en soirée. Puis, en tant qu’élève des Ponts, j’ai reçu une offre d’emploi disponible sur le site de l’École pour ce poste. En plus d’une aide financière régulière, ce job étudiant offre l’avantage d’être à côté de chez moi et d’avoir des horaires souples, en adéquation avec mes heures de cours.

A la bibliothèque, quel est ton rôle ?
Quand je suis à l’accueil de la bibliothèque, généralement de 17h à 20h, je renseigne les lecteurs, j’enregistre les prêts et retours des livres que je range ensuite, je veille au respect du règlement intérieur par les utilisateurs et j’assure la fermeture à 20h : rangement des ouvrages,  des tables et des chaises, extinction des ordinateurs, des lumières.

Travailles-tu seulement à l’accueil de la bibliothèque ou as-tu d’autres missions ?
Une de mes autres missions consiste à répertorier les crédits photographiques de l’ENPC dans les ouvrages de la médiathèque qui vont être redirigés vers les archives. En parallèle, je participe à l’étiquetage des nouveaux manuels de cours, au rangement des rayonnages ainsi qu’à la vérification des puces des ouvrages de la bibliothèque.

Comment organises-tu ce travail tout au long de la semaine avec tes cours ?
En tant que moniteur étudiant, je dois effectuer 8h de travail par semaine, soit à l’accueil le soir, soit en journée. Généralement, je répartis ces heures sur deux après-midis (lundi et mardi) puisque mon emploi du temps le permet. J’ai la possibilité de modifier un peu ces horaires d’une semaine à l’autre si j’ai des contraintes exceptionnelles.

Qu’est-ce qui te plaît dans le travail que tu fais à la bibliothèque ?
D’une part, j’ai plaisir à travailler avec les équipes de la bibliothèque et d’autre part, avec ce poste, je découvre vraiment toutes les ressources de l’École et c’est vraiment très intéressant des points de vue scolaire et professionnel.

Selon toi, quelle est la place de la bibliothèque dans une école d’ingénieurs ?
La bibliothèque Lesage a l’avantage de présenter énormément de ressources à la fois pour les élèves mais aussi pour les enseignants, pour les chercheurs et pour le public extérieur. Chaque département de l’École a une personne référent ce qui permet de pouvoir guider aux mieux les lecteurs. C’est un lieu qui est ouvert relativement tard (20h),  ce qui offre une compatibilité avec les emplois du temps des utilisateurs.

Quelles sont les difficultés que tu rencontres en tant que monitrice-étudiante ?
C’est parfois un peu difficile de trouver des créneaux communs quand on a des rendus de travaux en groupe. Cependant, la possibilité de modifier les horaires d’intervention à la bibliothèque permet de pouvoir s’organiser.

Merci Marie-Astrid d’avoir répondu à nos questions !

Contact : florence.rieu@enpc.fr

Besoin de travailler en groupe ? Réservez une des deux salles de travail à votre disposition !

Ces espaces sont équipés d’un écran LCD permettant la projection à partir d’un ordinateur portable.
Ils sont accessibles à tous, sur réservation à l’accueil de la Bibliothèque.

Bibliothèque : 01 64 15 34 70

Contact : florence.rieu@enpc.fr

Portrait d’un moniteur étudiant : Tomasz CZECH

Bonjour Tomasz, tu es moniteur étudiant à la bibliothèque depuis 2013.
Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Tomasz Czech, je suis polonais. Je suis arrivé à l’École des Ponts en septembre 2013 pour faire mes études. En Pologne, ce sont des études du niveau Master et ici il s’agit de la 4ème et 5ème années du cursus d’ingénieur. Je profite d’un accord entre mon École, qui s’appelle l’École polytechnique de Wrocław, située dans le sud-ouest de la Pologne et l’École des Ponts à Champs-sur-Marne.
Je suis inscrit dans le département Génie Civil et Construction, comme en Pologne. Donc pour moi, c’est une continuité.

Comment as-tu eu connaissance du poste de moniteur-étudiant ?

Avant de venir à l’école, j’ai beaucoup parlé avec mes amis polonais qui ont déjà étudié à l’École. Une amie m’a dit qu’il était possible de postuler pour un job étudiant. C’est une occasion de gagner un petit salaire, d’avoir un job compatible avec mon planning à l’École.

A la bibliothèque, quel est ton rôle ?

À la bibliothèque Lesage de l’École des Ponts, j’ai été recruté comme moniteur. Le poste consiste à assurer l’accueil des lecteurs, à superviser les espaces de la salle de lecture lors des soirées, c’est-à-dire à partir de 16h et jusqu’à 20h. Normalement, je reste à l’accueil, j’enregistre les prêts de documents et je renseigne les lecteurs. Juste avant la fermeture de la bibliothèque, je suis chargé de ranger les livres laissés par les lecteurs, de mettre en ordre les mobiliers, tables et chaises, de fermer la bibliothèque après m’être assuré que tous les usagers ont bien quitté les lieux.

Travailles-tu seulement à l’accueil de la bibliothèque ou as-tu aussi d’autres missions  ?

Non, pas seulement, mon autre activité consiste à mettre à jour les données bibliographiques de documents du fonds ancien à partir du 18ème siècle. J’ai eu également l’occasion de travailler sur des documents du 16ème siècle.

Comment organises-tu ce travail tout au long de la semaine avec tes courts ?

On m’a proposé de travailler les après-midis des mardis et jeudis. Cela a n’est pas facile en 2ème année, mais j’ai eu de la chance car j’ai été dispensé d’un module qui normalement se déroule l’après-midi du mardi . Je suis libre également le jeudi et ainsi, pendant ces périodes, je peux travailler à la bibliothèque.

Qu’est-ce qui te plait dans le travail que tu fais à la bibliothèque?

Ce qui me plait, c’est le fait que  la bibliothèque ne soit pas ouverte  aux seuls élèves du campus mais également à tout public externe. Même si ces publics externes peuvent uniquement  consulter les ouvrages sur place. C’est une approche originale, peu courante. La bibliothèque de l’Ecole est l’une des plus importantes bibliothèques dans le domaine du génie civil en France, si ce n’est la plus importante. C’est bien que tout le monde puisse y venir consulter des ouvrages intéressants.

Selon toi, quelle est la place de la bibliothèque dans une école d’ingénieurs ?

La bibliothèque est un lieu indispensable pour les élèves. Soit pour effectuer  un travail en groupe, soit pour réviser. Il y a des espaces de travail disponibles, des salles de réunion, et toute la documentation réunie en un même lieu. Des manuels vraiment indispensables pour les cours ou pour préparer les examens, des nouveautés dans chaque domaine comme mécanique des sols, des roches, des fondations. Ici, on peut venir librement de 9h à 20h tous les jours. Il faut seulement avoir du temps pour consulter cette mine d’informations!

Quelles sont les difficultés que tu rencontres en tant que moniteur étudiant ?

Si le fait de travailler à la bibliothèque est un plus pour moi (économique en particulier), , par contre, je suis contraint de restreindre ma participation aux différentes activités qui ont lieu à l’École le soir. Mais il est toujours possible de s’arranger avec les autres moniteurs étudiants pour profiter d’opportunités.

Merci Tomasz d’avoir répondu à nos questions !

Collector ! Les marques-pages de la Bibliothèque

A tous les lecteurs assidus, la Bibliothèque remet des marques-pages originaux réalisés en lien avec le lancement de la bibliothèque des phares.
Demandez-les à l’accueil !

Contact : florence.rieu@enpc.fr

Information aux élèves sur les manuels de cours

A partir de mars 2014, les manuels de cours
désormais disponibles à la Bibliothèque

Les étudiants peuvent les emprunter pour un semestre.

Contact : delphine.du-pasquier@enpc.fr

Préparez le TOEIC à la Bibliothèque !

Vous pouvez depuis les postes de la Bibliothèque :

• Consulter le magazine Vocable en ligne
• Passer les tests du TOEIC

La Bibliothèque met des casques à votre disposition.

Demandez conseil  à l’accueil de la Bibliothèque.

Contact : florence.rieu@enpc.fr

Rendez-vous auteurs 21 novembre 2013 : Nathalie Roseau et Marie thébaud-Sorgerle vol aérien, imaginaire et matérialité

Le vol aérien, imaginaire et matérialité

La bibliothèque vous invite à participer à la 6ème édition de ses Rendez-vous Auteurs avec la participation de Nathalie ROSEAU, architecte, polytechnicienne et docteur en urbanisme de l’Université Paris-Est et Marie THEBAUD-SORGER, historienne des techniques et docteur de l’EHESS en histoire.

La rencontre est organisée autour de la thématique du vol aérien avec deux ouvrages qui seront présentés par leurs auteurs.  Aerocity, quand l’avion fait la ville, de Nathalie ROSEAU, édité en 2012 aux éditions Parenthèses.  L’emprise du vol, ouvrage collectif dirigé par Nathalie ROSEAU et Marie THEBAUD-SORGER,  paru en 2013 aux éditions MétisPresses.

Le propos de la rencontre est présenté ici par Nathalie ROSEAU : L’aéronautique et l’aéroport appartiennent à une histoire dont les cycles témoignent de processus entrecroisés d’innovation et de routinisation, de fascination et de critique.  Aerocity et L’Emprise du Vol font un retour sur ces histoires longues, faites de latences et d’accélérations, d’inventions et de retournements. Se confronter à ces objets  hypermodernes, dont la place dans nos sociétés est à la fois essentielle et mise en défaut, du fait de la globalisation et de ses risques, c’est ouvrir la possibilité de penser le contemporain, souvent pris dans l’immédiateté du présent, celle d’une aspatialité ou d’une anhistoricité, à partir de la longue durée. Au croisement de points de vue (à l’articulation entre l’art et la littérature, l’urbanisme et l’architecture, la science et la technique, le politique et l’industriel), de supports, textuels et visuels, de temporalités et de spatialités, les deux livres entreprennent de penser ces objets au-delà des mondes strictement techniques dans lesquels ils sont souvent contenus, en les comprenant à partir de leur imaginaire, ce lieu de coopération de mondes hétérogènes qui a motivé leur construction, et qu’elle a stimulé à son tour.

La rencontre se passe le 21 novembre à l’Ecole des Ponts, de 12h30  à 13h45. L’Entrée est libre.
Passionnés d’aéronautique, historiens, étudiants en architecture et urbanisme, cette rencontre est pour vous, ne la manquez pas !

Consultez ici la bibliographie réalisée par la Cité de l’architecture et du patrimoine sur la thématique « Ville et territoire par les airs »

Portrait d’un élève moniteur : Younes Guessous

Younes Guessous a travaillé plusieurs mois à la Direction de la documentation et des archives.  Au terme de son contrat, il témoigne de cette expérience.

Younes

Je suis étudiant en première année à l’École des Ponts ParisTech, que j’ai intégrée après des classes préparatoires à Casablanca, Maroc.

Quels ont été  ton rôle et tes missions  au sein de la bibliothèque ?

J’ai principalement effectué des missions d’accueil et d’information.  A l’accueil de la bibliothèque, je m’occupe des prêts et retours des documents, de répondre aux questions des utilisateurs et de les conseiller éventuellement en matière de recherches bibliographiques en déroulant le catalogue des ressources disponibles. De façon moins fréquente, j’équipe les nouveaux documents destinés à être mis en rayon et je participe également à du catalogage de travaux d’étude ou de dossiers de formation continue.

Comment as-tu organisé ton agenda pour concilier ton année d’études et ton travail à la bibliothèque ?

J’ai soumis mon emploi du temps à la directrice de la bibliothèque au début de l’année afin d’établir un planning prévisionnel, puis je l’ai informée des éventuels changements. Concernant le volume hebdomadaire de 8h/semaine, je trouve qu’il est assez optimal dans la mesure où il permet de ne pas empiéter sur le temps d’étude ou de loisirs.

Qu’est ce qui t’a le plus étonné en découvrant le fonctionnement de la bibliothèque ?

En tant qu’utilisateur, on ne soupçonne pas forcément qu’il y a autant travail derrière la gestion d’une bibliothèque. Par ailleurs, le personnel a développé un sens du service très aiguisé, que ce soit à travers les tâches bibliothécaires relevant de la gestion du catalogue, ou les tâches documentalistes de veille documentaire spécifique aux départements d’enseignement ou aux laboratoires. Enfin par rapport à mon expérience personnelle à l’accueil, cela m’étonne qu’il y ait aussi peu d’étudiants issus du concours commun à utiliser la bibliothèque par rapport aux autres catégories d’étudiants à l’École.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées dans ta mission ?

Je devais être rapidement opérationnel à l’accueil sans avoir eu forcément le temps de tout retenir. Je devais aussi gérer les questions, demandes et cas imprévus, ce qui n’était pas forcément simple.

En définitive, quels sont les apports de cette expérience ?

Les apports de cette expérience sont à la fois théoriques et pratiques. Tout d’abord, j’ai acquis une bonne connaissance des métiers de la bibliothèque et de la documentation, ce qui commence à me servir dans les composantes d’étude bibliographique au cours des différents projets d’étude. Ensuite des apports pratiques dans le sens où j’ai amélioré mes capacités relationnelles, notamment dans le cas de demandes ou de cas imprévus que j’ai dû gérer.

A l’issue de cette expérience, ta vision de la bibliothèque de l’École a-t-elle évolué ?

En plus de ce dont j’ai parlé précédemment, je vois maintenant d’autant plus le rôle crucial que joue la bibliothèque en tant que fonction support à l’enseignement et à la production de savoir à l’École.

Merci Younès d’avoir répondu à nos questions !